Atelier Olibi

Mes passions : le cartonnage, l'encadrement, l'origami et le Japon…

2013.02.19 – KOYA SAN

| 0 Commentaires

Quelle merveille !
Ce matin, je me suis réveillée de fort bonne heure pour pouvoir participer à la prière des moines. Leur office débute à 6 h 30, franchement cela vaut la peine de se lever si tôt pour assister à leur office, vous en repartez totalement apaisée. Puis petit déjeuner « shojin ryori » : c’est un peu difficile le matin !
Mais en sortant : quelle surprise de voir que tout était blanc, la neige était abondamment tombée pendant la nuit recouvrant tout le Koya San d’un manteau blanc immaculé.
Je suis donc partie le coeur léger, sous la neige dans un village où nous n’étions guère nombreux à mettre le nez dehors ! Ce qui m’a permis tout en marchant pendant presque deux heures de découvrir de nombreux temples, de flâner dans la rue Odawara, de visiter le Karukaya-dô, puis en route pour découvrir le mausolée des Tokugawa : deux édifices joints, servant de tombe à Ieyasu Tokugawa et à Hidetada Tokugawa, le premier et le second shogun de Tokugawa. Ces édifices sont richements ornés comme la plupart des monuments associés aux shoguns Tokugawa.
Puis Nyoindo mais là … terminus, on est obligé de prendre le bus pour rejoindre le funiculaire de Koya San.
Mais bon, il faut songer au retour ! via Osaka où je flâne humant l’air japonais, l’air de la rue tant que je peux, je mets toute ce que je peux comme image dans mes yeux.
Et puis, oui, j’avais oublié de vous dire qu’au Japon j’avais retrouvé deux bruits bien caractéristiques connus lors de mon premier voyage : tout d’abord les gros corbeaux noirs qui sans cesse nous interpellent avec leur Ka, Ka, Ka … vous ne passez pas une journée, que dirais-je une heure sans les entendre et le doux bruit que j’adore : au passage clouté, il faut attendre sagement que le feu passe au vert quoique, quoique pour la première fois j’ai vu quelques japonais indisciplinés ! et là vous entendez la douce musique de petits oiseaux ou plutôt de petits poussins : piou, piou, piou et là c’est bon on traverse. Il faut dire que tout est bien pensé pour les non voyants, cela fait plaisir.
Puis super diner avec Ayuko San, que c’est bon un yakiniku. Mais bon, j’ai été sage je n’ai pas pris mon petit verre d’umeshu ou de saké yuzu ! pourtant c’est si bon.

Laisser un commentaire

Champs Requis *.


anti-spam *