Atelier Olibi

Mes passions : le cartonnage, l'encadrement, l'origami et le Japon…

2013.02.06 – NAGOYA

| 2 commentaires

Retrouvailles avec Madoka une de mes anciennes élèves qui, pour moi, a toujours été une véritable artiste et cela se confirme.
Départ le lendemain matin, soit le 6, pour Mino à une quarantaine de kilomètres au nord de Nagoya où nous retrouvons Hanaoka San, PDG du si beau magasin à Nagoya de papier japonais, d’accesssoires …. : Kamino no Ondo (température de l’eau) que j’aime tant et de son assistante Yuri. Tous les deux m’ont fait l’honneur de m’accompagner alors que le travail ne leur manque pas : un immense merci à eux.

Mino est célèbre pour la production de papier washi (papier traditionnel japonais).
Nous avons visité deux ateliers d’artisans et cela m’a permis de comprendre comment était fait le papier washi.
Tout d’abord un des éléments su papier est le Kozo : une variété de mûrier.
Cultivé annuellement, le Kozo est constitué de longues fibres, provenant essentiellement des tiges écorcées de l’arbuste, lesquelles donnent généralement des papiers forts et résistants.
Le kozo est en premier lieu plongé dans une grande quantité d’eau.
Puis il est d’abord cuit à la vapeur afin de pouvoir enlever l’écorce extérieure.
mais il reste encore d’autres couches d’écorce qui seront grattés au couteau mais ce n’est pas fini chaque fibre sera « inspectée » délicatement pour enlever à la main toutes traces d’impureté.
Le battage à la main est léger mais il permet de bien séparer les fibres sans pour autant les casser. La pulpe est véritablement obtenue lorsque les fibres battues sont passées dans une machine à lames après le battage, où le cisaillement réduit la longeur des fibres. La pulpe de papier est enfin prête.
Cette pâte de papier est mélangé à une colle spéciale dans un très grand bac et il faut remuer énergiquement afin que le mélange soit homogène.
Puis vient l’étape que j’ai eu la grande joie de faire au Musée du papier washi, celle de la confection d’une feuille de papier washi.
On prépare son suki-geta (cadre en bois) que l’on plonge selon un rituel bien établi dans le mélange fibres – colle – eau puis on agite le suki-geta selon des mouvements très précis : » tate, tate, yoko ». Quand la quantité et la qualité du mélange sont suffisants on pose le suki-geta sur deux morceaux de bois pour évacuer l’eau en trop.
Si on décide de faire quelques motifs, on pose la feuille qui vient d’être faite sur un tamis avec des dessins bien réguliers et à l’aide d’un jet d’eau, la feuille prend la forme voulue.
On peut aussi incruster des motifs végétaux ou en papier entre deux feuilles de papier washi ou se servir d’un pochoir

Puis vient l’étape du premier séchage :
Puis les feuilles sont séchées sur une sorte d’armoire métallique chauffante ou plus traditionnellement sur des plaques en bois.
Quand les feuilles sont faites en très grande quantité, elles sont mises sous presse afin d’évacuer l’eau excédentaire et avant de les sécher une par une.
Cela m’a passionné et j’aimerais vraiment avoir l’occasion de refaire du papier washi.
Puis visite avec Madoka du si joli petit village de Mino..
Les maisons étaient de superbes maisons de marchands aux toits de tuile. Chaque toit arbore à son faîtage des ornements de faïence appelés « udatsu ». Non seulement, ces udatsu étaient tous plus beaux les uns que les autres mais surtout avaient la fonction que si le feu se déclarait dans une maison, cela permettait de protéger la maison suivante.

Puis un petit café bien réconfortant car il fait …. vraiment FROID.

2 Commentaires

  1. Bonjour
    Par hasard en cherchant sur le web : fibre de mûrier
    j’arrive sur votre site très intéressant
    Je cherche à acheter de la pâte à Papier de mûrier (2-3 kg ), pour l’utiliser dans des moules en plâtre que je fabrique . Je crée de la dentelle en papier avec une pâte que je prépare en déchirant des feuilles de papier
    Est ce que l’atelier de Mr Hanaoka à Mino en vendrait ?
    Merci pour toute la description de votre voyage
    Cordialement
    Jean-Louis

    • Bonjour,
      Tout d’abord très bonne année à vous et à ceux qui vous sont chers.
      Votre commentaire m’a beaucoup intéressé mais malheureusement je ne sais pas vous répondre. J’essaye de trouver une réponse et reviendrai vers vous si j’ai une idée.
      J’aimerais voir vos réalisations car cela m’intrique.
      Bien cordialement
      Catherine

Laisser un commentaire

Champs Requis *.


anti-spam *